Tout sur l'aquarium Amateur - www.aquarium-amateur.com

Accueil

 

Cuve et meuble

Equipé ou nu

Meuble d'aquarium

Choisir son bac

Eclairage

Intensité lumineuse

Bonne installation

Puissance d'éclairage

Filtration mécanique

Filtration biologique

Filtration chimique

Chauffage

Chauffage aquarium

Installer son chauffage

Sables ou substrat

Les sols enrichis

Plantation dans l'aquarium

Le repiquage

Types biologiques des plantes

Cryptocoryne undulata

Hygrophila polysperma

Hygrophila corymbosa

Limnophila sessiliflora

Fougère de java

Mousse de java

Sagittaria subulata

Heteranthera zosterifolia

Bacopa amplexicaulis

Ludwigia repens

Vallisneria americana

Echinodorus osiris

Ceratophyllum demersum

Eau du robinet

Qui détermine le pH ?

Rectifier son pH

Installation de son aquarium

Les poissons - Le peuplement

Les poissons - Alimentation

Néon rose

Tétra empereur

Moenkhausia

Cardinalis

Danio

Kuhli

Barbus rosé

Barbus de Sumatra

Poisson-arlequin

Faux cardinal

Combattant du Siam

Corydoras poivré

Mangeur d'algues

Guppy Langage

Platy

Gourami perlé

Maroni

Apistogramma

Scalaire

Pelmato

Labido jaune

Auratus

Lombardoi

Poisson arc-en-ciel

Entretien - Chaque semaine

Entretien - Chaque mois

 

Les accessoires
Meuble aquarium
Les filtres
Filtre naturel
Filtre classique
Filtre exterieurs
Achat aquarium
Pompe aquarium
Pompe filtrage
Vente aquarium
Eclairage aquarium
Choix éclairage aquarium
Entretien
Les accessoires
Les escargots
Le calendrier
Bassin
 
Plante aquarium
Planter plantes
Maladie plante
Les algues
Engrais
 

Bassin aquarium

Bassin algues

Bassin maladie poisson

Bassin nettoyage

Bassin eau

Bassin eau propre

Livres aquarium

Comment ils respirent

Poissons dorment-ils

Les poissons eau salée

 
Aquarium tropical
Aquarium de mer
Eau de mer
 

Glossaire

Glossaire 2

Glossaire 3

Glossaire 4

Glossaire 5

Glossaire 6

Glossaire 7

 

 

L'éclairage

L'éclairage naturel solaire
Esope en dirait que c'est la meilleure et la pire des choses. Il est plus facile de suppléer à un manque de lumière que de lutter contre les conséquences d'un excès. A savoir: risque de développement incontrôlable des algues et d'élévation excessive de température. Ne craignez-pas de mettre votre aquarium dans un endroit sombre.

L'éclairage à incandescence : Les qualités sont d'être relativement bon marché à l'achat, et de ne pas nécessiter les accessoires indispensables à la fluorescence. Les défauts sont d'être d'une médiocre longévité, de ne pas fournir aux plantes les rayons les plus utiles à leur développement, et de dégager trop de chaleur.

L'éclairage par fluorescence : Il représente la meilleure formule de toutes, grâce aux tubes à usage horticole à employer seuls ou mieux encore (quand la taille de l'aquarium le permet) en association : par exemple 2 tubes type horticulture-grolux pour 1 tube sélectionné parmi les types lumière du jour ou «True-lite» qui émettent un rayonnement extrêmement puissant.
Ces tubes choisis, même les spéciaux horticulture, ne constituent pas une réponse définitive à toutes les questions que pose l'éclairage, mais ils sont les mieux adaptés à nos besoins et ils ont un immense avantage : si vous n'incorporez pas le ballast, ils chauffent très peu par eux-mêmes.

Il faut donc préférer : soit les montages qui placent le ballast, lequel dégage de la chaleur, hors de l'aquarium; soit les fluo présentés dans un fourreau incorporant le cordon d'alimentation de conception électronique qui remplace le ballast classique sans dégager de calories. En effet, les conséquences d'un non-échauffement sont appréciables : les plantes qui atteignent la surface, non seulement ne viennent pas s'y brûler, mais encore continuent leur croissance naturelle. Ce fait est important: certes, la lumière, quelle qu'en soit l'origine, brille pareillement pour tout le monde, mais les besoins du muguet qui affectionne l'ombre ne sont pas ceux du rosier qui aime le soleil.

 

Il en est de même pour les plantes d'aquariums. Leurs exigences d'éclairement sont différenciées; or, à partir du moment où grâce à une ombrelle de verdure (frondaisons des grandes plantes ou présence de plantes de surface). vous pouvez disposer de zones d'éclairement variées, il vous devient partiellement possible de respecter les exigences des espèces et d'améliorer d'autant plus leurs possibilités d'épanouissement.
Lors d'expositions notamment, on peut voir des bacs éclairés grâce à des techniques peu usitées en aquariophilie usuelle. Ce sont:
— les lampes à iodures métalliques qui existent en 70 et 150 W;
— les lampes à halogène haute tension qui sont puissantes mais dégagent trop de calories
— les lampes à halogène basse tension qui ne présentent pas cet inconvénient et offrent une bonne longévité.

Quantité et dosage
L'indication de la quantité de lumière à fournir pour un aquarium donné est une tâche ardue pour diverses raisons, la mesure de l'éclairage s'établit en lumens alors que les usages commerciaux veulent que les lampes soient vendues avec l'indication de leur puissance, c'est-à-dire en watts; la luminosité produite par un watt d'incandescence n'est pas comparable à celle que fournit un watt de fluorescence; les différents types de lampes fluorescentes n'émettent pas à puissance égale la même quantité de lumière; l'intensité du jour naturel que reçoit un aquarium varie selon son emplacement par rapport à la fenêtre qui éclaire la pièce, cette dernière recevant plus de lumière au mois de juin qu'au mois de décembre; enfin, toutes les plantes n'éprouvent pas le même besoin de lumière. C'est dire que la durée pendant laquelle un aquarium doit être éclairé et la puissance à utiliser, sont variables.

 

A titre indicatif, il est cependant possible de donner comme base : 1 watt à raison de 4 litres d'eau pour un éclairage faible; 1 watt à raison de 3 litres d'eau pour un éclairage moyen; 1 watt à raison de 2 litres d'eau pour un éclairage fort. Ce qui correspond en pratique à : une lampe fluorescente de 45 cm pour un aquarium de 50 cm;  deux lampes de 60 cm pour un bac de 70 ou 80 cm; deux de 90 cm pour un bac de 1 m. Lors de l'installation de votre bac, éclairez quotidiennement pendant 12 heures un aquarium recevant peu de lumière naturelle car, en climat tropical, la durée du jour correspond à celle de la nuit. Au bout de trois mois, vous pourrez déterminer si ce dosage est correct ou s'il y a lieu d'augmenter ou de diminuer la puissance d'éclairage. La valeur moyenne qualitative et quantitative de votre éclairage est correcte s'il y a croissance des plantes sans prolifération excessive d'algues. Après quelques semaines, c'est donc l'observation de ces algues qui vous renseignera; elles vous serviront en quelque sorte de thermomètre pour la lumière, c'est-à-dire qu'elles constitueront un témoin indicateur. Heureux possesseurs de grands bacs, profonds de plus de 50 cm, souvenez-vous que l'eau « absorbe » les rayons lumineux. Par conséquent, les valeurs indiquées pour les aquariums usuels doivent être augmentées. Cela signifie que si par exemple l'on éclaire à raison de 40 W un bac de 40 cm on devra fournir 60 W à un bac de 60 cm de hauteur d'eau. Sachez que si votre galerie comporte un verre protecteur, ce dernier n'absorbe que 5 % de l'intensité lumineuse. Mais à une condition: que ce carreau soit vierge d'algues et de dépôts calcaires.

 

www.aquarium-amateur.com

 

 Boutique

 Contact

 Mentions légales


 Derniers articles
 Les algues

 Partenaires

  

Prévisions météo

Soirée Paris

 

Référencement gratuit dans Vitavous.com


 Services :

zooplus