Tout sur l'aquarium Amateur - www.aquarium-amateur.com

Accueil

 

Cuve et meuble

Equipé ou nu

Meuble d'aquarium

Choisir son bac

Eclairage

Intensité lumineuse

Bonne installation

Puissance d'éclairage

Filtration mécanique

Filtration biologique

Filtration chimique

Chauffage

Chauffage aquarium

Installer son chauffage

Sables ou substrat

Les sols enrichis

Plantation dans l'aquarium

Le repiquage

Types biologiques des plantes

Cryptocoryne undulata

Hygrophila polysperma

Hygrophila corymbosa

Limnophila sessiliflora

Fougère de java

Mousse de java

Sagittaria subulata

Heteranthera zosterifolia

Bacopa amplexicaulis

Ludwigia repens

Vallisneria americana

Echinodorus osiris

Ceratophyllum demersum

Eau du robinet

Qui détermine le pH ?

Rectifier son pH

Installation de son aquarium

Les poissons - Le peuplement

Les poissons - Alimentation

Néon rose

Tétra empereur

Moenkhausia

Cardinalis

Danio

Kuhli

Barbus rosé

Barbus de Sumatra

Poisson-arlequin

Faux cardinal

Combattant du Siam

Corydoras poivré

Mangeur d'algues

Guppy Langage

Platy

Gourami perlé

Maroni

Apistogramma

Scalaire

Pelmato

Labido jaune

Auratus

Lombardoi

Poisson arc-en-ciel

Entretien - Chaque semaine

Entretien - Chaque mois

 

Les accessoires
Meuble aquarium
Les filtres
Filtre naturel
Filtre classique
Filtre exterieurs
Achat aquarium
Pompe aquarium
Pompe filtrage
Vente aquarium
Eclairage aquarium
Choix éclairage aquarium
Entretien
Les accessoires
Les escargots
Le calendrier
Bassin
 
Plante aquarium
Planter plantes
Maladie plante
Les algues
Engrais
 

Bassin aquarium

Bassin algues

Bassin maladie poisson

Bassin nettoyage

Bassin eau

Bassin eau propre

Livres aquarium

Comment ils respirent

Poissons dorment-ils

Les poissons eau salée

 
Aquarium tropical
Aquarium de mer
Eau de mer
 

Glossaire

Glossaire 2

Glossaire 3

Glossaire 4

Glossaire 5

Glossaire 6

Glossaire 7

 

 

Engrais pour plante d'Aquarium

Terreaux et composts

Précisons, en préambule, que les deux mots sont utilisés confusément comme des termes synonymes en matière d'aquariophilie. Il est donc nécessaire de souligner que l'on n'emploie pas les véritables composts, lesquels sont, en vérité, obtenus après fermentation organique.
En aquarium, le terme compost signifie simplement mélange non fermenté de différentes terres ou sables aux propriétés distinctes et complémentaires.

 

Les deux premières conditions nécessaires aux plantes, étant également favorables à la santé de la majorité des poissons, ce sont évidemment les terreaux ou composts qui sont susceptibles d'apporter des déconvenues. En effet, ils constituent un milieu qui représente un danger pour deux raisons, d'une part, ils sont mal aérés, tant du fait de leur granulométrie fine que de leur enfouissement sous une couche de sable protectrice, ayant pour but de les mettre hors de la portée des poissons fouisseurs ou fouilleurs. Sans cette précaution, le terreau remis en suspension est d'un effet esthétique douteux. Il transforme d'abord l'eau en encre, puis éventuellement il se redépose sur les feuilles des plantes qu'il étouffe alors que son rôle est de participer à leur croissance, d'autre part, les terreaux ou composts sont toujours partiellement de nature organique, c'est pourquoi ils présentent un danger constant de fermentation. C'est la raison pour laquelle ils doivent être allégés au maximum, c'est-à-dire que l'on ne doit jamais les employer purs, mais utiliser une part de terreau, mélangée à deux ou même trois parts de gros sable ou de petits graviers d'une granulométrie de 2 à 3 mm. C'est cette précaution qui élimine les risques de putréfaction.

Certains préconisent même de remplacer le gravier par du charbon actif dans l'espoir que ce dernier «absorbera» les éventuels produits de la fermentation. Cela risque d'être utopique et même gênant car les grains de charbon ont, en partie, tendance à vouloir remonter et à flotter. Le rôle du charbon actif est autre, nous y reviendrons. Pour être complet, nous préciserons que l'on incorpore généralement, au compost bien protégé sous le sable, une certaine quantité d'argile dont le rôle est de favoriser le contact entre les racines des plantes et le terreau. Cette argile est sans incidence sur la santé des poissons. Et si elle en avait, elle ne pourrait être que bénéfique par contrecoup, puisque l'aquarium est un ensemble et que toute amélioration de la santé des plantes se répercute sur celle des poissons. Le mécanisme d'action exact de l'argile est trop complexe pour être détaillé ici, mais il est amusant de savoir que les tout premiers aquariophiles en avaient découvert les effets bénéfiques, bien avant que la science ne les expliquent.

Origine des terreaux et composts
Outre la possibilité de fermentation, le second danger, présenté par les terreaux, est le risque d'introduction de toxiques dans l'aquarium et en particulier d'insecticides. En effet, qu'ils soient agricoles ou horticoles, tous les terreaux sont susceptibles de contenir des insecticides, soit qu'ils proviennent de fonds de pépinières, soit même que dans une optique particulière et légitime, le fabricant les y inclue systématiquement. C'est pourquoi, excepté le cas où son détaillant en aquariophilie puisse lui fournir un compost destiné aux besoins de l'aquarium, l'amateur est condamné à fabriquer lui-même son propre terreau. Et il existe bientôt autant de formules que d'aquariophiles. Une recette valable consiste à prélever du terreau dans les bois de hêtre, à quelques centimètres sous la surface du sol. c'est-à-dire au-dessous de la couche de feuilles pourrissantes. Ce terreau est ensuite séché pour être aisément fragmente. tamisé pour éliminer les impuretés (coquilles vides d'escargots, bois morts...) puis mêlé au gravier et à l'argile.

 

Les quantités à utiliser : Elles sont bien sûr fonction à la fois de la richesse intrinsèque et inconnue du terreau d'origine, qu'il faudrait pouvoir tester, et par ailleurs, des proportions que l'on a respectées dans le mélange terreau/argile/gravier. La règle est qu'il est plus aisé d'enrichir par la suite un aquarium insuffisamment fertilisé, que d'éliminer un trop plein de terreau lorsque l'aquarium est en eau. On utilisera donc deux bonnes poignées d'un mélange léger à 1/3 de terreau que l'on enfouira sous deux ou trois centimètres de sable, par exemple dans les deux angles arrières d'un aquarium de 100 litres. Si ces quantités sont trop faibles, on tentera d'introduire en complément, là où on le désire, des boulettes de terreau humides enveloppées dans du papier que l'on abandonnera dans le bac. Il faut savoir que lorsqu'un aquarium est trop chargé en terreau, il court le risque d'être vite envahi par des algues bleues filamenteuses qui étouffent les plantes et contre lesquelles l'amateur est singulièrement désarmé. Quelquefois, la situation s'améliore d'elle-même, en plusieurs mois, lorsque l'aquarium vieillit, il devient alors particulièrement beau et fertile. Parfois également, des changements d'eau accélèrent cette amélioration, si l'eau d'apport est très douce. Mais, fréquemment, la situation semble désespérée à l'aquariophile et elle 'e conduit à refaire son bac, trop souvent sans terreau. C'est dommage car il n'y a pas d'aquariums à végétation vraiment luxuriante qui ne bénéficient pas d'un sol riche.

  zooplus

 

www.aquarium-amateur.com

 

 Boutique

 Contact

 Mentions légales


 Derniers articles
 Les algues

 Partenaires

  

Prévisions météo

Soirée Paris

 

Référencement gratuit dans Vitavous.com


 Services :

zooplus